Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par FL

La crise ... de la dette !

Des points de suspension comme les informations que nous, nous le peuple, avons reçu depuis septembre 2008.

Ou comment les banques privées ont muselé les banques centrales ... et la BCE ...

Le plus fantastique, c'est la dissimulation du procédé à travers les méandres d'articles constituants le traité de fonctionnement de l'union européenne, le TFUE.

La réalisation en 3 étapes,

1989 l'abolition de toutes les limitations existantes concernant le mouvement des capitaux

Les négociations ont abouti au Traité sur l'Union européenne qui a été approuvé en décembre 1991 et signé à Maastricht le 7 février 1992. Toutefois, en raison de la lenteur du processus de ratification, le Traité n'est entré en vigueur que le 1er novembre 1993

1994 La deuxième phase de l'Union Monétaire Européenne ( UME ou EUM) a commencé le 1er janvier 1994 par la mise en place de l'Institut monétaire européen (IME).

Afin de compléter et de préciser les dispositions du Traité relatives à l'UEM, le Conseil européen a adopté, en juin 1997, le Pacte de stabilité et de croissance visant à assurer la discipline budgétaire dans le contexte de l'UEM

1999 Le 1er janvier 1999, la troisième et dernière phase de l'UEM est entrée en vigueur avec la fixation irrévocable des taux de change des monnaies des onze États membres participant dès le début à l'union monétaire et la mise en œuvre d'une politique monétaire unique sous la responsabilité de la BCE. L'euro est introduit en 1999 dans la zone euro (pour les marchés financiers), puis en 2002 comme monnaie fiduciaire.

Pour en arriver aux articles qui instituent l'Union Européenne ( Le Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, anciennement « Traité instituant la Communauté européenne »), c'est-à-dire la version consolidée du Traité de Rome et enterrent définitivement le rôle des banques centrales :

" Article 123 (ex-article 101 TCE)

1. Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées «banques centrales nationales», d'accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l'Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres; l'acquisition directe, auprès d'eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite.

2. Le paragraphe 1 ne s'applique pas aux établissements publics de crédit qui, dans le cadre de la mise à disposition de liquidités par les banques centrales, bénéficient, de la part des banques centrales nationales et de la Banque centrale européenne, du même traitement que les établissements privés de crédit. "

La conclusion à la mise en œuvre de l’article 25 de la loi n°73-7 du 3 janvier 1973 (communément appelée Loi Pompidou-Giscard-Rothschild) interdit à l’Etat d’emprunter directement auprès de la Banque de France (Banque centrale publique française).

Rappelons que jusqu’alors, c’est en empruntant sans intérêt ou presque auprès de la Banque de France, pour financer les investissements publics de la Nation, que l’Etat battait monnaie. Dorénavant, ce sera la prérogative des banques privées ; qui comme leur nom l’indique, ne prêtent pas sans intérêt.

Entre le 1er novembre 1993 et le 1er janvier 1994, la France renonce pour la première fois à sa constitution et à sa souveraineté et l’article 25 est abrogé au profit de l’article 104 du traité européen de Maastricht.

Malgré un réveil courageux des français et le rejet par référendum du projet de traité de constitution européenne en 2005, l’article 104 du traité de Maastricht est remplacé par l’article 123 du traité européen de Lisbonne.

Donc depuis 1973 la Banque de France ne peut plus prêter à l'état, les banques privées sont le seul accès au crédit d'état pour aboutir à l'article 123 du traité européen dit de Lisbonne qui implique les même conditions à la Banque centrale Européenne.

Résultat, augmentation de la dette publique depuis 1973 au profit de banques privées de plus en plus puissantes et ... riches au dépens des états. Etats qui en cas de croissance doivent créer de la monnaie ( la fameuse création monétaire ) par l'intermédiaire des banques privées et évidement s'endettent un peu plus.

L'explication est si simple qu'elle doit effrayer nos dirigeants politiques. Des politiciens ennuyés car les raisons démontrent soit leurs incompétences soit leurs complicités avec le monde de la finance ou peut être les deux!

La perte de nos souverainetés nationales n'est pas politique mais bien économique au profit des banques privées.

à voir ce petit film très explicite : https://www.youtube.com/watch?v=ZE8xBzcLYRs

La crise ... de la dette et la comprendre.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article